Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Dreamick Movies
  • Dreamick Movies
  • : Mes avis, mes coups de gueules et mes coups de coeur. En clair, je fais mon cinéma !!
  • Contact

Mes liens DREAMICK

Vous pouvez retrouver tous mes liens à ces adresses :

Venez découvrir mes réalisations mangas sur :

https://www.mangadraft.com/dreamick

 

Venez découvrir mes travaux de dessinateur et illustrateur sur :

https://www.facebook.com/dreamickartwork/

http://dreamick.deviantart.com/

 

Venez partager ma passion de la photographie sur :

https://www.flickr.com/photos/127483754@N06/

 

Alors n'hésitez pas à venir découvrir tous mes liens, à commenter, partager et liker :)

Et surtout, continuez de suivre Dreamick Movies ;)

Recherche

Catégories

11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 16:36

 

Résumé

Après de longs mois de repos à la suite de sa blessure infligée par le légendaire dieu Loki pendant l'invasion de New York, l'agent Phil Coulson réintègre le SHIELD, une organisation internationale qui enquête sur les phénomènes paranormaux et défend la terre des menaces terroristes ou d’invasions extra-terrestre.

 

 

À son retour, l’agent se voit confier une nouvelle équipe d’enquêteurs. Elle est composée de Melinda May, une aviatrice experte en arts martiaux ; Grant Ward, un espion redoutable et tout en muscles ; Leo Fitz, un génie de l’informatique et des nouvelles technologies et Jemma Simmons, une biologiste. À cette équipe du SHIELD s'ajoute Skye, une pirate informatique membre d'un groupe de hackers prônant la liberté d'information. Arrêtée par l'équipe de Coulson, elle les rejoint en tant que consultante. Ensemble, ils ont pour mission d’enquêter sur des mystérieux artefacts et de stopper des organisations séditieuses.

 

 

 

Avis

Après s’être attaqué  à l’adaptation cinématographique de ces comics sur grand écran, Marvel se lance avec  Agents of SHIELD dans la réalisation de séries TV. Basée sur l’univers Marvel, cette série se développe parallèlement aux  films tout en créant sa propre intrigue.

 

Principalement basée sur le retour de l’Agent Coulson, censé être mort lors du film Avengers, tué par Loki, cette série explore une partie de l’univers des comics qui n’est pas facile d’intégrer dans les longs métrages, soit par manque d’intérêt, soit par manque de temps. Elle permet donc de développer plusieurs personnages, gentils ou méchants, beaucoup plus secondaires que d’autres et ainsi, elle élargit davantage la connaissance de l’univers des comics sans qu’il n’y ait besoin de le faire dans les films.

 

La série suit donc l’agent Coulson, qui s’entoure d’une petite équipe, dans différentes missions. Elle se compose de 22 épisodes pas toujours très égaux, questions scénarios. D’ailleurs, on sent que la série prend son temps pour démarrer. Les premiers épisodes sont des prétextes pour faire connaissance avec les différents membres de l’équipe. Quant à l’intrigue principale, elle se dévoile très lentement faisant apparaître un mystérieux et dangereux groupe. Mais fort heureusement, le scénario se solidifie et nous plonge dans des intrigues beaucoup plus recentrées. Certains personnages semblent posséder un étrange passé, d’autres se questionnent sur le retour d’entre les morts de l’agent Coulson. La série atteint son paroxysme lors de la sortie du film de Captain America : Le soldat de l’Hiver. En effet, le scénario se base sur l’invasion d’Hydra au sein du SHIELD, créant une psychose au sein de l’équipe. Toutes les bases sont mises à plat. Et l’équipe doit se reconstruire seule, sans le SHIELD, tout en faisant face à des menaces en son sein.

 

 

Tout au long de la série, des clins d’œil sont faits aux différents films qui égrainent le Marvel Cinematic Universe.

 

On retrouve donc le processus d’Extremis qui est au centre des attentats dans Iron Man 3. On voit les agents de Coulson nettoyer après le passage des Elfes noirs dans notre monde, même Sif rejoindra lors d’un épisode (l’un des moins bons) la jeune équipe du SHIELD. Mais surtout, on a le droit à la présence improbable de Nick Fury (Samuel L. Jackson) lors d’un épisode final qui joue plus la carte de l’humour que la carte du suspense et de l’action.

 

 

 

Finalement, malgré un départ relativement lent, la série réserve de très bonnes surprises qui, on l’espère, seront mises en valeur lors de la deuxième saison.

 

 

 

Création : Joss Whedon _ Durée : 22 x 50 min _ Année : 2013 _ Genre : Action, Espionnage, Aventures, SF _ Américaine

Repost 0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 19:06

 

Résumé

Le fil conducteur de cette saison est l'évocation d'une mystérieuse "Terre Promise". La relation entre le Docteur et Clara va être tendue après sa récente régénération, donnant un Docteur plus froid et difficile et ce sera le sujet de cette saison: le Docteur est-il un homme bon ?

 

 

 

Avis

Enfin la huitième saison de Doctor who emmenée par le nouveau visage du Docteur en la personne de Peter Capaldi accompagné de la toujours magnifique Clara Oswald joué par l’exquise Jenna Coleman.

 

 

Après avoir été sauvé par les Maître du Temps qui lui ont renouvelé son pouvoir de régénération arrivé à terme, le Docteur a subi quelques séquelles psychologiques. C’est ainsi que commence la saison. On retrouve un personnage complètement paumé après sa régénération (bien plus qu’à l’accoutumée) et une Clara perdue face à un Docteur dont la régénération lui a offert un visage plus vieux. Il leur faudra le temps d’un épisode de moyenne qualité pour se retrouver enfin. C’est d’ailleurs la qualité des quelques premiers épisodes qui est à remettre en question. Non pas que le style de Capaldi ne fonctionne pas avec le personnage, bien au contraire, il nous offre une version à la fois froide, intellectualisée et plus sage du Docteur. Le problème vient de la qualité des scénarios qui fort heureusement s’améliore au fur et à mesure que la saison avance au point de soulever une intrigue intéressante et zombiesque pour un final qui voit le retour d’un des pires ennemis du Docteur.  Durant cette saison de 12 épisodes, qui finalement m’a paru courte, le personnage de Clara prend de plus en plus d’importance au point de remplacer quelquefois le Docteur, allant même jusqu’à porter le nom de ce dernier. Cette saison ne semble pas encore avoir soulevé de sous intrigue pour les saisons à venir mais une neuvième saison est bien en chantier.

 

 

Une huitième saison qui prend son mal en patience et qui au final nous offre quelques bons épisodes, balançant entre la SF, le fantastique et l’horreur sur une touche d’humour.

 

 

 

 

Scénario : Steven Moffat _ Durée : 12x50 min _ Année : 2014 _ Genre : Fantastique, SF _ Britannique

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 15:24

 

 

Résumé

En orbite d'une planète calme et reculée, les espèces les plus mortelles de l'Univers se rassemblent autour d'un message qui résonne à travers les étoiles. Parmi eux : le Docteur. Après avoir sauvé Clara d'un dîner de Noël en famille, lui et son amie doivent apprendre ce que ce mystérieux signal signifie pour leur destin et celui de l'univers.

 

 

 

Avis

Ultime épisode mettant en scène Matt Smith dans le rôle du Docteur, l’épisode spécial intitulé : L’heure du Docteur conclut parfaitement, mais non sans défaut, les trois dernières saisons (arc narratif dans lequel le Docteur a les traits de Matt Smith) habilement scénarisées par Steven Moffat.

 

 

Cet épisode nous ramène sur la planète Trenzalor, lieu où le Docteur était censé mourir (évènements vus dans le dernier épisode de la saison 7 : Le nom du Docteur). Il nous raconte les bouleversements qui ont conduit à la mort du Docteur.

Steven Moffat signe ici un épisode en forme de fable, voire de légende, narrant les exploits d’un homme qui aurait tenu plus de 900 ans contre toutes les forces hostiles de l’univers, protégeant un village fermier nommé Noël (dû à la période anniversaire durant lesquels sortent les épisodes spéciaux), se trouvant sur la dangereuse planète Trenzalor (dangereuse pour le Docteur car elle se trouve sur sa ligne temporelle). Il conclut par la même occasion de nombreux éléments développés durant son triptyque de la série dont les thèmes principaux étaient la faille temporelle et le nom du Docteur.

Pour le coup, l’épisode est assez faible dans ses actions et sa narration. Il est conté comme une conclusion hâtive  et quelque peu bâclée à mon goût. Peut-être est-ce dû au fait que cet épisode sorte juste après l’incroyable film « Le jour du Docteur », film fêtant les 50 ans de la série. Mais, il n’empêche que Steven Moffat semble nous balancer toutes les résolutions de sa passionnante intrigue allongée sur trois saisons en quelques phrases échangées entre le Docteur et la Mère supérieur de l’Eglise du Complexe Papal,  Tasha Lem.

 

 

Cet épisode renouvelle aussi  le personnage sous les traits de Peter Capaldi, annonçant une énième saison. Matt Smith nous fait ses adieux déchirants, même Amélia Pond (Karen Gillan) réapparaît le temps d’un adieu sous les traits d’un mirage. Ainsi se termine l’excitant et surprenant arc narratif mettant en scène Matt Smith qui a su donner au Docteur ce grain de folie qui a rendu tous ces épisodes incroyablement passionnants.  Il a été, tout comme David Tennant en son temps, un magnifique et charismatique Docteur.

 

 

 

 

Réalisation : Jamie Payne _ Durée : 50 min _ Année : 2013 _ Genre : Episode spécial _ G.B.

Repost 0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 18:54

Résumé

Les résidents de Chester's Mill sont à la fois en dehors et à l'intérieur du dôme, après avoir découvert une sortie dans les tunnels. Alors que le dôme dévoile une nouvelle facette, les habitants se demandent à quoi et à qui ils peuvent faire confiance alors que de nouvelles menaces planent au-dessus de leurs têtes, des nouveaux habitants font leur apparition et de nouvelles alliances sont formées.

 

 

 

 

Avis

A mes yeux, Under the dome, c’est fini. La seconde saison était déjà annonciatrice de cette fin. Et les scénaristes n’ont, malheureusement pas su relever le niveau sur cette troisième saison. Et pour preuve, l’audimat a tellement chuté que finalement, elle s’avère être la dernière de la série.

 

 

La première saison avait de quoi faire rêver, surtout à la fin lorsqu’elle plonge complètement dans la science-fiction. On pouvait alors lui pardonner sa lenteur indigeste. Malheureusement, la seconde saison a anéanti  ces modestes efforts au profit de la psychologie de personnages qui n’ont fait que tirer la série vers le bas. La seconde saison, ayant opéré un retour en arrière en privilégiant tout ce qui handicapait la première saison, le manque d’intérêt du  public  s’est vite fait ressentir. Malgré tout, quelques détails lors du dernier épisode semblaient annoncer du mieux. Et bien non, il n’y a pas de mieux dans cette dernière saison.Le ton est lassant et mou. L’histoire, tout comme les personnages emprisonnés sous le dôme, tourne en rond. On a l’impression de revivre la seconde saison. Le personnage de Christine Price étouffe complètement la saison. Quant au petit groupe « d’élus », ils ne font que se courir après sans aucune véritable évolution de leur personnage, hormis peut-être Norrie. Et je ne parle pas de la fin scandaleuse qui n’en est pas vraiment une.

 

 

Je pense me mettre à lire ce roman de Stephen King prochainement. D’après les critiques que j’ai pu lire ici et là, il n’a vraiment rien à voir avec  cette série. Quant à la série, c’est une véritable déception. Lors de mon article sur la première saison, j’affirmais que les romans de Stephen King avaient trouvé un bon moyen d’être adaptés au travers des séries TV. Après cette troisième saison, je n’en suis pas toujours aussi sûr. Finalement, un long métrage aurait peut-être mieux permis de capter l’essentiel du récit. Pour le moment, cette série est une grande déception et quasiment un ratage complet. Une annonce a été faite comme quoi une série basée sur la nouvelle de l’auteur : The Mist, et sur le film qui en a découlé verrait prochainement le jour. Espérons qu’elle ne prendra pas le chemin emprunté par Under the Dome.

 

 

 

Créée par : Brian K. Vaughan _ Durée : 13x42 min _ Année : 2015 _ Genre : Drame, Action, SF _ Américain

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 17:12

 

Résumé

Le destin de Barbie est désormais entre les mains de Big Jim et le dôme devient une nouvelle menace lorsqu'il devient magnétique. Entre temps, Julia sauve la vie d'une jeune fille qui pourrait être à l'origine du dôme.

 

Avis

Suite au succès de la première saison, Under the dome a le droit à une seconde saison qui, après avoir fait une marche arrière dans l’avancée des habitants de Chester’s Mill, va faire un bond en avant brutal.

 

Reprenant sur un moment violent de la communauté de Chester’s Mill qui voit la pendaison du personnage de Barbie, l’histoire atténue les tensions et fait apparaître de nouveaux personnages. La première partie de cette seconde saison n’est pas la plus plaisante. La série semble faire marche arrière alors que la tension été montée d’un cran dans la première et qu’enfin on en apprenait plus sur l’œuf et les quatre mains. Ici, le climat est mis à l’épreuve à l’intérieur du dôme et les habitants doivent affronter toutes sortes de tempêtes à la manière des sept plaies d’Egypte. Seule la question du retour du personnage de Mélanie, censée être morte depuis les années 80 marque un réel intérêt à la série.

 

Dans la seconde partie, beaucoup plus intrigante, de nouvelles révélations sont faites sur le dôme et l’œuf. Le récit prend une direction qui rappelle la série Lost. En effet, Barbie parvient à sortir du dôme mais il doit absolument y retourner.

 

 

Beaucoup moins intéressante, cette seconde saison semble tourner un peu en rond. Elle se focalise encore plus sur les personnages au point que certains comme Big Jim (qui ne cesse de répéter que lui et sa famille ont été choisis par le dôme) s’enlisent dans l’ennuyeux. Le point positif se trouve dans le retour des quatre premières mains.

 

 

 

Créée par : Brian K. Vaughan _ Durée : 13x42 min _ Année : 2014 _ Genre : Drame, Action, SF _ Américain

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 20:00

 

Résumé

Les habitants d’une petite communauté se réveillent un matin, coupés du monde et piégés dans la ville à cause d’un immense dôme transparent. Certains tenteront, de manière dissimulée, de tirer profit de cette situation inquiétante et inexpliquée, afin de prendre le pouvoir. Mais une résistance va s’organiser autour d'un vétéran de la guerre en Irak, pour empêcher ces personnes malveillantes de parvenir à leur fin.

 

 

 

Avis

Série adaptée du roman éponyme de Stephen King, Under the dome a su mettre en avant ce qui fait les qualités des œuvres de l’auteur tout en apportant la touche qui fait la qualité des bonnes séries actuelles.

 

 

Très souvent ratées, les adaptations des romans de Stephen King souffraient du style narratif de l’auteur. Comme dans la majorité de ses œuvres, l’auteur développe bon nombre de situation et bon nombre de personnages, ouvrant l’histoire à de nombreux dialogues, minimisant l’action pure. Tous ces éléments sont ce qui fait la qualité des livres de Stephen King, mais aussi la difficulté de réaliser une adaptation cinématographique  fidèle et de bonne qualité. C’est pourquoi, la plupart de ses plus gros romans ont fini à l’état de téléfilms, souvent en deux parties, longs et indigestes (Les Tommyknockers, Le fléau…). Mais avec le format de série télévisuelle, ses romans ont peut-être trouvé là le meilleur moyen de s’exprimer cinématographiquement. Under the dome est une série intrigante, pleine de rebondissement. L’histoire parvient à développer son récit et ses personnages sur une courte durée de 13 épisodes. Même si au bout de quelques épisodes, elle semble un peu tourner en rond, elle rebondit vite en développant une approche science-fictionnelle  et en dévoilant de nombreux détails des plus intrigants.

 

 

Une première saison très envoutante qui sait maintenir son spectateur en haleine. Tous les ingrédients sont habilement dosés. Les personnages sont très attachants et l’intrigue principale  est suffisamment  saisissante pour amener une seconde saison.

 

 

 

Créée par : Brian K. Vaughan _ Durée : 13x42 min _ Année : 2013 _ Genre : Drame, Action, SF _ Américain

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 14:47

Résumé

 

Des individus avec des capacités neurologiques hors du commun sont recrutés par une section secrète du gouvernement afin d'œuvrer pour le bien-être de la société et arrêter les personnes mal intentionnées…

Après l'arrestation de Rosen, l'équipe est dissoute. Bill et Cameron travaillent pour le gouvernement, Gary est interné dans le batiment 7, Nina a repris son ancienne vie et Rachel peine à contenir ses pouvoirs, seule chez elle. Mais les problèmes ne sont pour autant pas si loin quand une bande d'Alphas aux pouvoirs très dangereux prend des otages. Cela suffira-t-il à ressouder l'équipe sans trop de rancœur ?

 

 

 

 

Avis

La première saison se terminait sur la révélation du Docteur Rosen, à la face du monde, concernant la présence d’Alphas. Ce revirement de dernière seconde relançait alors tout l’intérêt de la série. Malheureusement, tout a été effacé, et le gouvernement a démenti, accusant Rosen d’être déficient mental. La série retourne plus ou moins à son point de départ.

 

 

Cette seconde saison relève, malgré tout, des points plus positifs que dans la première saison. En effet, à la vue des derniers évènements exposés lors des derniers épisodes de la première saison, les personnages ont évolué chacun de leur côté d’une manière très différente. L’atmosphère générale de la série est devenue beaucoup plus sombre sur de nombreux points (vengeance, volonté de tuer…). Chaque épisode est bien mieux fourni, tant au niveau du scénario qu’au niveau de la réalisation. Et concernant l’intrigue principale, elle reste tout de même beaucoup trop faible à mon goût, même si elle monopolise bien plus cette saison 2, ce qui était loin d’être le cas dans la saison 1.

 

Comme bon nombre de séries abandonnées,  la fin est sujette à polémique. Pour moi, révéler plus de choses  lors des dernières minutes du dernier épisode tel qu’il a été réalisé aurait obligatoirement amené à un épisode supplémentaire. De ce fait, l’indécision est de mise et rien n’est clairement exposé. Ce qui est malheureusement très frustrant pour le téléspectateur qui, au final, a le sentiment de s’être fait arnaquer. Ce qui finalement semble être vraiment le cas.

 

 

Alphas restera une série fortement agréable à regarder. Je regretterai seulement le fait qu’elle tirait de plus en plus vers la série policière que vers la science-fiction.

 

Chaîne : SyFy _ Durée : 13x50 min _ Année : 2012 _ Genre : Policier, SF _ E.U.

Repost 0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 12:35

Résumé

Des personnes dotées de capacités neurologiques hyper-développées travaillent pour une agence secrète du gouvernement.

 

 

Avis

Encore une série qui s’est vu annulée par manque d’audience. Et c’est au terme d’une deuxième saison, comptant 13 épisodes chacune que cette série mélangeant des éléments rappeler les X-men et la série Heroes, prend fin.

 

Il est vrai que la série, bien que plaisante et offrant un divertissement appréciable, a eu, lors de cette première saison, du mal à se lancer. Je ne sais pas si c’est le fait d’une équipe de « super-héros » plutôt atypique ou le manque d’action certain, mais il semblait manquer de panache à chaque épisode. Pourtant, on se prend rapidement d’affection pour ces gens d’apparence ordinaire mais qui possèdent des facultés surhumaines. L’alchimie entre les personnages prend ses marques et une intrigue commence à se dessiner. Malheureusement, c’est déjà la fin de la première saison. Et pourtant, c’est une grande claque que nous balance le dernier épisode qui nous fait espérer un grand bouleversement pour la seconde et dernière saison.

 

 

En clair, une première saison appréciable avec des atouts certains que l’on espère exploités lors de la seconde saison. Sinon, ce serait un véritable gâchis de ne pas offrir une digne fin à cette malheureuse série annulée.

 

 

Chaîne : SyFy _ Durée : 12x50 min _ Année : 2011 _ Genre : Policier, SF _ E.U.

Repost 0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 21:10

Résumé

Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emménage dans une résidence new-yorkaise très chic de l'Upper East Side, dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leurs plus grandes ambitions se réalisent. Peu à peu, ils découvrent que des forces obscures se jouent dans cet édifice...

 

 

Avis

Il s’agit là encore d’une série interrompue par un manque effectif d’audience et pourtant, le pitch de départ n’est pas mauvais.

 

Mon avis concernant cette série avortée est plutôt mitigé. Se classant dans un genre fantastique, quasi horrifique, j’étais en droit d’attendre de l’histoire une atmosphère beaucoup plus sombre que ce qui est réellement proposé. Finalement, la série se classe davantage dans un style « thriller fantastique ». L’ensemble des épisodes est plutôt léger, voir parfois médiocre dans le milieu de la saison courte de treize épisodes. Certains de ces épisodes s’éloignent, à mon goût, de l’atmosphère générale en prenant une direction plus proche du genre « policier ». Malgré tout, la série regorge de petits moments intenses et intéressants comme les différentes découvertes de Jane (jouée par Rachael Tylor qui maîtrise plutôt bien son rôle) concernant l’immeuble. Malheureusement, toutes ses idées, comme tous les personnages exploités dans la série, ne sont pas du tout approfondies ; ce qui n’a rien d’étonnant vu le nombre d’épisode contenu dans la saison. L’autre point noir se trouve dans le personnage de Gavin Doran, le géran du Drake, joué par Terry O’Quinn (Lost). Pour moi, cet acteur n’est pas adéquat pour ce rôle. Je trouve qu’il n’a pas l’aspect terrifiant que devrait dégager ce « Diable » lorsqu’il menace ou  pactise avec ses locataires. L’impact du personnage est alors fortement atténué, décrédibilisant son côté démoniaque. Quant aux autres histoires développées pour les autres personnages, elles ne servent qu’à meubler un temps qui aurait été bien plus précieux pour développer des idées comme la descente des escaliers ou expliquer la chose cachée dans la fameuse boîte rouge (le fameux cœur du Drake).

 

 

En clair, cette série n’est pas foncièrement mauvaise. Elle devient même très intrigante lors des derniers épisodes dont la fin m’a pris complètement à contre pieds.  Je pense que l’histoire aurait pu prendre une toute autre dimension s’il y avait eu treize épisodes de plus.

 

 

Réalisation : David Wilcox _ Durée : 13x42 min _ Genre : Fantastique, Thriller _ Année : 2012 _ E.U.

Repost 0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 13:39

Résumé

Un blackout total de 2 minutes et 17 secondes provoque le chaos à travers le monde. Pendant cette courte durée, chaque personne est confrontée à une vision du futur qui va changer sa vie à jamais...

 

Avis

Flash forward est une série datant de 2009 que j’ai découvert seulement maintenant. Suite à un manque d’audience, cette série de 22 épisodes s’est vue arrêtée dès la première saison.

 

Cette série est un excellent mélange du genre policier et de la SF traitant de temporalité multiple. Les acteurs sont plutôt bons, même si je trouve que l’acteur principal, Joseph Fiennes, jouant le rôle de l’agent spécial Mark Benford, manque cruellement de charisme.  Le scénario se crée à la manière d’un puzzle tentant de redessiner le futur potentiel de chaque protagoniste, tout en essayant de comprendre les conditions et les coupables du fameux Black-out. Cette série sortie dans la même période que Lost et Heroes utilise la même manière pour construire son récit, se basant sur plusieurs personnages dont le destin se retrouve lié à un moment ou un autre, le mystère se dévoilant au compte-goutte. Je pense que la proximité de ces trois séries, construites sur le même modèle, a fait que les spectateurs ont boudé cette dernière, préférant un autre style de narration. Ce qui est fort regrettable car je pense qu’aujourd’hui, cette série aurait trouvé son public sans problème.

 

 

Avortée, les scénaristes de Flash forward ont donc tenté d’offrir tout de même, non pas une conclusion, mais une fin qui puisse tenir la route. Ne pouvant répondre à toutes les questions sur les derniers épisodes, ils ont tout de même trouvé un moyen adéquat de nous délivrer des vérités (potentielles) d’une manière très habile. Et au final, cela peut nous convenir parfaitement sachant qu’une deuxième saison ne sera jamais envisagée à l’avenir.

 

Création : Brannon Braga, David S. Goyer _ Durée : 22x42 min _ Genre : SF, Policier _ Année : 2009 _ E.U.

Repost 0