Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Dreamick Movies
  • Dreamick Movies
  • : Mes avis, mes coups de gueules et mes coups de coeur. En clair, je fais mon cinéma !!
  • Contact

Mes liens DREAMICK

Vous pouvez retrouver tous mes liens à ces adresses :

Venez découvrir mes réalisations mangas sur :

https://www.mangadraft.com/dreamick

 

Venez découvrir mes travaux de dessinateur et illustrateur sur :

https://www.facebook.com/dreamickartwork/

http://dreamick.deviantart.com/

 

Venez partager ma passion de la photographie sur :

https://www.flickr.com/photos/127483754@N06/

 

Alors n'hésitez pas à venir découvrir tous mes liens, à commenter, partager et liker :)

Et surtout, continuez de suivre Dreamick Movies ;)

Recherche

Catégories

12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 16:55

 

Résumé

Votre mission, monsieur Hunt, si vous décidez de l'accepter, sera de récupérer un virus génétiquement modifié, baptisé Chimera. Sean Ambrose, qui fut votre élève avant de devenir votre ennemi juré, s'est emparé de l'antidote et se terre dans un laboratoire secret de Sydney. Son ex-maitresse, Nyah Hall, pourrait s'avérer utile dans vos tentatives d'infiltration de ce QG hautement protégé. Comme toujours, si vous ou l'un de vos équipiers étiez capturés ou tués, le département d'Etat nierait avoir eu connaissance de vos agissements. Ce résumé s'autodétruira dans cinq secondes.

 

 

Avis

Une suite pour Mission: Impossible avec encore une fois un réalisateur de grande renommée : John Woo, rien que ça.

 

John Woo est incontestablement un maître dans l’art de filmer les scènes d’action, particulièrement celles agrémentées de flingues. Le Roi du gun fight c’est lui. D’ailleurs le cinéma occidental s’est énormément inspiré de ses films (Le syndicat du crime, The killer…). Que ce soit dans la maîtrise des plans, des directions de caméras ou encore dans les cascades, le cinéma HK de John Woo avait énormément à offrir au cinéma occidental dont les scènes étaient assez molles et manquaient cruellement de rythme. Les premiers, (je pense) à avoir utilisé le savoir-faire cinématographique de Hong Kong, sont peut-être les deux premiers Blade (très précurseurs au niveau visuel pour les scènes de combats) réalisés par Stephen Norrington (pour le premier) et  Guillermo Del Toro (pour le second). Ensuite, Les frères Wachowski se sont clairement délectés de tout l’univers asiatique (passant du cinéma HK à la japanimation) avec leur trilogie Matrix.

 

Pour en revenir à John Woo, il a tout simplement fait de Mission: Impossible 2 un film d’action dans la pure tradition du cinéma d’action HK. Il a transformé le thriller assommant de Brian De Palma en un western moderne endiablé. Que ce soit dans l’émotion, le drame ou l’action, Mission: Impossible 2 nous ressert tous les ingrédients qui font la signature, et la renommée, du réalisateur chinois. Le rythme s’impose comme un tango brûlant entre Ethan Hunt et Nyah Nordoff-Hall ; qu’il soit montré par une danseuse de tango ou un ballet de voitures, les sentiments des deux personnages ne cessent de tourbillonner à un point d’extase explosive. Construit à la manière d’un western (on a même le droit au héros contemplant le soleil couchant), M: I 2 nous montre un Tom Cruise décomplexé qui chevauche fièrement sa monture  motorisée (avec de très jolies prouesses de cascadeurs et des plans magnifiques lors des courses-poursuites à moto) afin de sauver sa belle des terribles griffes d’un ancien agent qui aurait retourné sa veste : Sean Ambrose joué par Dougray Scott, un peu trop caricatural à mon goût. Les coups de feu à répétition, les bonds pendant les fusillades, le combat final à mains nues dans la pure tradition du film moderne de Kung Fu instauré par Bruce Lee, le film nous offre un aperçu de vraiment tout le cinéma HK sans jamais tomber dans l’overdose. D’ailleurs, on remarque que le spectateur n’est pas le seul à apprécier ce style, en effet, Tom Cruise semble y prendre un certain plaisir et son jeu s’en ressent. Très loin de l’agent paumé du premier opus, il a, ici, plutôt un look de bad guy assumé, avec son long manteau noir, ses lunettes noires et ses cheveux longs ; un style qui ne peut que faire succomber la magnifique voleuse jouée par la sublime et très douée Thandie Newton.

 

 

Bien sûr, le film n’évite pas les clichés ; je dirais même qu’il les assume pleinement et qu’ils font d’ailleurs complètement partie de son charme. Totalement à part dans l’univers construit par la saga, ce deuxième opus reste tout de même un des meilleurs de la série, mais aussi un des meilleurs films américains de John Woo.

 

 

 

Réalisateur : John Woo _ Durée : 2h06 _ Année : 2000 _ Genre : Action, Espionnage _ Américain, Allemand.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dreamick - dans FILMS
commenter cet article

commentaires